Il faut bien commencer par un premier message alors le voici.

D’abord quelques présentations pour ceux qui ne nous connaissent pas.

Honneur aux plus jeunes : Sébastien, 5 ans ½, Arthur, 7 ans, et Antoine, 9 ans, sont bien plus que ce que nous pourrions dire d'eux. Aussi nous ne nous hasarderons pas à vous les décrire. Tout ce que nous pouvons dire c'est qu'ils se débrouillent suffisamment bien à l'école et disposent d'une énergie et d'une résistance physiques qui nous permettent d'envisager sereinement de partager ce projet avec eux.

Stéphanie va droit sur ses 36 ans. Ces dernières années, elle a plus pratiqué le métier difficile de « gestionnaire d’une entreprise familiale de 5 personnes » (pour reprendre l’expression des cyclauvergnats, une autre famille de voyageurs à vélo) que celui d’orthophoniste. Amatrice d’arts vivants : danse, musique, théâtre… Sa soif de voyage qui la suit depuis toujours n’a été que peu assouvie jusqu’ici mais l'heure de la revanche a sonné!

Yann a passé la barre des 36 ans avec 3 bons mois d’avance sur Stéphanie. C’est son passé de compétiteur sur roues qui ressurgit chaque année entre octobre et février! Même quand il est sur ses deux pieds, pas moyen d’extraire le petit vélo qui ne cesse de pédaler dans sa tête. VTT, tandem, route, ville, BMX et même monocycle : pourvu que ça roule et que ça ne pollue pas. Son plus grand plaisir : rouler sur des vélos qu’il fabrique lui-même. Ingénieur et éco-conseiller de formation mais pourquoi pas continuer plus spécifiquement dans le vélo au retour ?

Nous avons vécu dans pas mal d'endroits en France. Originaires des environs de Saint Etienne (mais de parents respectivement alsacienne, nordiste, stéphanoise et breton), nous avons d'abord vécu 6 ans dans le Var, puis 2 ans dans le Lot, 2 ans à Strasbourg et enfin 2 ans du côté de Mulhouse. Au retour nous verrons bien. Notre coeur penche du côté du Sud. On verra...

Après un premier voyage à vélo de dix jours en Bretagne il y a 10 ans (Antoine était là mais n’a rien vu, bien au chaud dans le ventre de maman), suivi d’un autre l’année suivante (là c’est les parents qui n’ont rien vu : voyager à vélo avec un bébé, ça peut se faire mais pas comme on l’a fait !), nous avons laissé de côté cette idée le temps d’accueillir et de laisser pousser nos bouchons.

Aujourd’hui ils sont grands et pour fêter nos 10 ans de mariage, on veut partager avec eux un petit bout de route hors du commun. Pas de grand projet de tour du monde ou de grande traversée. Juste un petit voyage le moins minuté possible avec pour seuls objectifs le plaisir et la rencontre. Refuser une invitation parce qu’on a un trajet à boucler est inconcevable alors on ne fixera pas d’étapes, pas d’objectifs et un itinéraire on ne peut plus malléable.

Après pas mal d’hésitations, nous avons visé pas trop loin : l’Espagne. Le 2 mars, nous embarquerons de Lyon pour Madrid. Ensuite nous viserons l’Andalousie que nous aimerions parcourir un peu en tout sens avant de rejoindre la côte atlantique du Portugal avec les chaleurs estivales. Mais tout cela de sera vraiment clair qu’une fois que nous l’aurons parcouru…

De manière plus pratique, l’équipage sera composé de deux tandems chacun piloté par l’un des parents, d’un petit vélo avec une large plage de réglage sur lequel les 3 enfants pourront se relayer et d’une remorque (celle du premier voyage il y a 10 ans) qui servira tout à la fois de porte bagages (en complément des sacoches) et de véhicule de repos suite à défaillance physique de l’un des 3 enfants. Bien évidemment comme Yann n’accepte de rouler que sur des vélos de sa fabrication, ceux-ci seront des modèles uniques. Le gros œuvre est terminé et les cadres ont pris le chemin du sud pour les détails (butées de gaine, supports de bidon, de porte bagages…) et la peinture. On vous les montrera dans un autre message.

Pour l’école, rien de bien révolutionnaire. On fera comme nos prédécesseurs : une heure de classe par jour tous les jours, des interros surprise sur les calculs de démultiplication en pleine montée, de la rédaction chaque soir dans le journal de bord et de la lecture aux arrêts. Sans oublier espagnol intensif pour toute la famille (il n’y a que Yann qui a péniblement fait de l’espagnol en 4ème et en 3ème mais c’était il y a 22 ans !).

Et tout notre bazar ? Et la maison ? Nous sommes actuellement locataires donc il n’était pas franchement concevable de payer un loyer pendant ce voyage. Nous allons donc rendre la maison. Pour nos affaires, un premier travail de concentration sur le nécessaire permet de limiter le volume. Le reste sera stocké chez plusieurs copains en Alsace (merci Nancy, Jean, Julie et Frédérique). Au retour, quand nous saurons précisément où nous nous établirons, il sera temps alors de procéder à un véritable déménagement.