Le choix de la destination a aussi nécessité de se creuser un peu les méninges. Pas mal de pistes ont été évoquées : un grand périple américain de l'Argentine aux USA, un tour de Méditerranée, puis un périple plus court en Amérique du Sud... A côté de ces grands objectifs, le choix d'une destination unique, la péninsule ibérique, semble rikiki! Alors pourquoi avoir réduit comme peau de chagrin ce grand rêve?

Tout simplement pour disposer de la plus grande liberté qui soit. Si l'on place la barre haut en termes de parcours, si on impose des points de passage et des deadlines, on risque de brider le voyage et de ne plus pouvoir faire le petit détour qui semblait si bien. On risque de boucler les étapes dans la douleur (et ça, c'est formellement interdit, il n'y a que Yann que ça peut amuser, à la limite!). On ne peut plus changer complètement les plans parce qu'untel nous a dit que là bas c'était vraiment chouette ou que qu'une de ses connaissances pourrait nous accueillir.

En partant en mars, il était beaucoup trop tard pour envisager un tour de Méditerranée. Se retrouver en Afrique du Nord quand le soleil commence à donner très fort n'aurait rien eu d'une partie de plaisir. Et puis Fanny avait envie depuis si longtemps de découvrir l'Espagne, et notamment l'Andalousie. Un peu de réflexion quant au tracé global du parcours pour le faire coller au mieux avec la montée des températures en été, le tout mis en regard avec les avions disponibles vers l'Espagne, quelques avis collectés à droite et à gauche et il en est ressorti ça :

Départ de Madrid début mars, descente vers le sud en passant par les moulins de Don Quichotte puis la Sierra Morena, dernière barrière avant l'Andalousie que nous aborderons a-priori par Cordoue. Il est ensuite fort probable que notre trajet andalou passe par Grenade, Malaga, Ronda et Séville avant que nous ne nous échappions vers le Portugal à l'approche de l'été pour profiter de la relative fraicheur océanique et remonter doucement vers la Gallice puis la France. Mais tout cela est bien théorique et le tracé définitif sera peut être fort différent de ces prévisions. En tout cas aucune étape n'est définie à ce jour. Nous cherchons simplement quelqu'un qui pourrait nous accueillir à notre arrivée à Madrid, nous faire visiter sa ville et simplifier notre démarrage. Ensuite, on verra...

Et qui sait, si on y prend goût, ce tour de la Méditerranée...